la grande esbroufe

Je vais coller quatre pleines pages de pub dans Le Monde, dont une, la dernière à laquelle j’ai déjà fait allusion, avant la réouverture des librairies et boutiques de jouets.

Je me demande s’il faut commenter ou juste laisser regarder, tant le charlatanisme et la fanfaronnade sont à l’oeuvre.

A la réflexion, je ne commente pas. Je garde mon titre.