Bombance

Lorsque je lis cette Tribune de Sylvain Fort, que je ne connais pas, je pense à la chanson d’Antoine “Cheveux longs et idées courtes”. Je ne sais pourquoi. Ou plutôt si, à l’instant même. L’idée développée est acceptable. Et même intéressante sur l’impérialisme de l’affect qui supplante les réalités. Comme sur un campus americain, avais-je balbutié.

Mais a-t-on besoin de ces boursouflures de langage pour dire ? Je peux les aimer, sauf à étouffer le texte, comme un œdème

Il fait, me semble-t-il, trop “bombance “, comme il dit, de mots. Ce qui se conçoit quand on s’attaque à une question sur l’ontologie ou l’Être chez Plotin ( à ne pas confondre avec Platon). Ou si l’on commente un texte sur l’Anthropologie structurale.

Mais là, il s’agit juste de dire le petit romantisme nostalgique des grands soirs d’une France qui s’ennuie. On en a fait un texte, en miroir de ce qui est dénoncé (le romantisme de pacotille) presque du De Nerval.

Je viens de voir en ligne. Je colle Wiki :

Sylvain Fort est un conseiller en communication, germaniste, traducteur, essayiste et critique musical français, né le 31 janvier 1972 à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne). Sylvain Fort. Il est conseiller auprès du président Emmanuel Macron de mai 2017 à septembre 2018, chargé des discours et de la mémoire, puis promu à la responsabilité du pôle communication de l’Élysée jusqu’en janvier 2019, où il démissionne de ses fonctions.

Bon, je donne le texte. Je dois être de mauvaise humeur. Il dit vrai. Ça doit être Brocéliande, Boorman, le Roi Arthur, Merlin, Ossian et Siegfried qui m’énervent. Bigre quelle culture ! Bon, on va pardonner.

Ps. J’oubliais : l’affect prend le dessus de la raison.

LA SUPRÉMATIE DE L’AFFECT, Sylvain Fort

Il y eut ce passage à tabac d’un homme par des policiers incapables d’arrêter leurs bras, meute frénétique. Scène filmée. Scène de film. Puis il y eut, place de la Bastille, ces lueurs vertes et ces feux d’incendie dans la nuit, ces écrans de fumée où se découpent des silhouettes guerrières, ces hommes en cuirasse roulant au sol, se relevant, abattant leurs défenses sur l’ennemi, repoussés, roués de coups. Scène de film, là aussi. D’un film précis, retrouvé dans un coin de notre mémoire. Cette scène, celle de l’ouverture d’ Excalibur, de John Boorman.
Les mêmes corps-à-corps ivres de haine à la lueur des torches, la même mort qui rôde, les mêmes cris, les mêmes coups, et ce sang. 2020 : bienvenue dans les temps obscurs.
Au printemps 1981, au moment même où Boorman sortait son film d’ombres et de magie, François Mitterrand arrivait au pouvoir. Dans son sillage se formait un groupe de réflexion, la Fondation Saint-Simon. A la Table ronde du roi Arthur chez Boorman répondait le cercle de la raison d’Alain Minc.
Résultat : quarante ans après, nous sommes plus proches des maléfices de Brocéliande que de la philosophie des réseaux. Nous nous sommes crus contemporains du triomphe de la démocratie, du dialogue social, de la globalisation à visage humain, du libéralisme régulé, et nous nous retrouvons dans un univers marécageux que dominent la croyance en la magie, la défiance à l’égard des savants, la foi en des dieux vengeurs, le culte du clan, l’angoisse de la fin des temps, le goût de la guerre, la mystique du chef, la soif de vengeance. La pandémie semble réveiller des instincts enfouis. Le combat central devient un combat pour la survie. Or on ne survit pas par la raison, mais par la ruse, la brutalité et une méfiance viscérale des uns vis-à-vis des autres.
De là le retour en force de la tribu, de la race, et même de la couleur de peau comme signe d’appartenance. De là l’engouement pour une démocratie référendaire, apanage et héritage des anciens clans. De là la torsion d’un langage moins inclusif qu’exclusif, redevenant idiome communautaire. De là l’Histoire émiettée en récits particuliers, faisant surgir des mythologies nouvelles qui se croient véraces parce qu’elles fanatisent.
De là une culture redevenue fermée à l’autre, et appelant appropriation ce qui était transmission et compassion.
Nous voici en pleine décompensation passionnelle !
Allergiques à la rationalité, nous nous fascinons pour l’obscurité et ses sortilèges. Nous encensons les nouveaux Merlin. Adorons les épopées qu’on appelle complots. Nous prêtons les vertus de la vérité rationnelle aux vaticinations des faux prophètes. L’esprit se dévore lui-même. Certains parlent de subversion néomarxiste.
Ce serait encore trop beau. Du marxisme ne restent plus que les idiots utiles.
L’idée que la raison discipline les désirs individuels et les met au service du bien commun, rendant possible la cité, n’a plus cours. L’injustice sociale, les scandaleuses divergences de destin, les préjugés et les peurs, l’inculture ont miné l’idée même d’universalité. Les moteurs de la citoyenneté sont en panne. Le ressentiment et la revendication ont pris le relais, et avec eux la suprématie de l’affect et le dernier mot laissé au sentiment d’offense.
En Europe, nous avons déjà connu ce phénomène. Cela s’appelait le romantisme.
Pendant quelques décennies, on fit bombance de grands sentiments, de messianisme sucré, d’enchantements médiévaux. On aima la violence mâtinée de dépression suicidaire, on se berça de rêveries puritaines. La raison semblait faible, l’émotion seule était vraie. On eut des révolutions morales et politiques, des guerres sanguinaires et des délires identitaires.
On réinventa la langue, et on réécrivit des mythes anciens, d’Ossian à Siegfried. Et puis, à la fin, on trouva que la République bourgeoise, ça n’était finalement pas si mal.
Sylvain Fort, essayiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *