Peut-on être levinassien ? Again.

Dans une revue en ligne (“Methodos”), je tombe sur un compte-rendu assez ancien (relativement, 2009, mais c’est ancien dans le temps de l’immédiateté) sur Levinas. Un pur hasard, Je lisais un article sur Rothko. Tout nous rattrape puisqu’en effet, ayant dit ici, dans des billets, mon “opinion” (…) sur Levinas, son appropriation par les esbroufeurs, la difficulté de comprendre la moitié de ce qu’il dit, persuadé que ce que l’on retient (“l’Autre” est de la bouillie de chat, qui doit certainement être de, de ce qu’il a à nous dire), le bouquin commenté, écrit par Raphaël Lellouche, s’intitule “Difficile Levinas. Peut-on ne pas être levinassien ?”

Alors je lis le commentaire (pas le livre, le commentaire que je ne veux commenter). Et je me dis que quelquefois, je peux ne pas me tromper. Voici le texte. Et bravo à la revue “Methodos”. De qualité.

PS. Ce mini-billet qui donne à lire a été écrit avant K, je l’affirmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *